1

Salon de l’érotisme : comment ça se passe à Lyon ?

Article éducatif sur les salons de l’érotisme. Je suis allé à un salon de l’érotisme à Lyon et je vous raconte ce que j’y ai vu, fait et ce que j’en ai pensé. Alors, c’est quoi réellement un salon érotique, derrière le fantasme ?

salon de l erotisme

A lire aussi : Comment se passe une soirée libertine ?

 

Salon de l’érotisme : beaucoup d’hommes et quelques couples

Je suis allé là-bas en tant que dragueur avec un pote dragueur, me disant qu’il y aurait plein de filles hyper chaudes, hyper sexy, que je vais pêcho. Mais en fait, que nenni, là bas il y avait énormément d’hommes, et des couples. Les rares femmes étaient en couple, je n’ai pas vu de femmes seules, ni de groupes de copines. L’entrée était payante, et selon les attractions que vous voulez choisir dans le salon, c’était payant aussi (supplément).

Il y avait des shows gratuits, une énorme scène où on pouvait aller voir des filles qui faisaient du striptease, qui jouaient avec du feu, se déshabillaient, qui déshabillaient un mec, etc. Ils ne baisaient pas sur scène, c’était des shows un peu érotiques où les filles se dandinaient sur de la musique, se déshabillaient. Bref, c’était plutôt sympathique, mais quand vous êtes dans la fosse entouré de plein de mecs en sueur, ça ne fait pas énormément d’effet, même si je comprends que ça puisse plaire.

 

Salon érotique : tournage d’une scène porno

Il y avait une attraction (10 euros, je crois, en plus des 20 euros d’entrée) où on assistait au tournage d’une scène porno. C’était deux acteurs pas bien connus, il était habillé en prisonnier et elle en policière. On le voit arriver avec sa grosse trique, elle se touche sur scène, se fait squirter. Il arrive, il la prend, c’était un peu froid, impersonnel, pas vraiment excitant. Il y avait aussi un mec habillé, sa caméra à la main, qui filmait la chatte et la bite en gros plan, pas bien excitant non plus. Pourtant certains pornos peuvent m’exciter grave, mais je préfère quand c’est plus naturel, quand il y a davantage de sensualité, on sentait là qu’ils voulaient juste tourner leur scène et c’est tout.

J’ai appris par la suite que les deux acteurs étaient en couple dans la vraie vie, mais ça ne s’est pas vu sur scène : elle s’était fait squirter, ensuite il l’a prise en levrette, tac tac ! et la scène a duré dix minutes. J’étais un peu déçu, même si j’étais content de l’avoir vue.

Ensuite, je suis allé faire un tour sur la place centrale du salon. Il y avait plein de stands, qui vendaient des sex toys, des goodies, des tee shirts, plein d’accessoires.

A lire aussi : Les sex toys et accessoires sexuels (par Le serpent qui danse)

salon erotisme

 

Salon de l’érotisme : rencontrer un producteur de porno ?

Et puis je me suis adressé à un mec, je lui ai dit que j’aimerais bien tourner une scène pour vous, mes abonnés. Le mec était un peu gros, chauve, avec une tronche à faire peur. Il me dit “T’es tout seul ou t’as un meuf ? Franchement, si t’as pas de meuf, laisse tomber !” Il commence à me parler hyper mal comme à une merde”. Je lui réponds “Oui, bien sûr j’ai une copine, ça nous plairait de faire ça en couple et tout”. Il m’a donné sa carte, mais vu l’accueil qu’il m’a fait, je n’ai jamais rappelé. De toute façon c’était juste pour voir ce qu’il allait me dire.

Si vous êtes une fille, on vous accueille à bras ouverts, c’est génial, on vous trouve des acteurs et tout ; si vous êtes un couple, on tolère le mec ;  mais si vous êtes un mec seul, laissez tomber, ils gardent leurs actrices pour eux. Je comprends bien que la plupart des mecs vont bander mou, vont se dégonfler au dernier moment, ne vont pas tenir assez longtemps pour tourner. Mais ils semblent partir du principe que le mec est déjà une merde, ils lui parler comme à une merde de base. Le gars avait peut-être eu une grosse journée avant, je dis juste ce que j’ai ressenti sur le moment : accueil pas très sympathique, pas très envie de collaborer avec eux. Merci qui ? Personne !

 

Les mecs seuls : des pigeons ?

Il y avait des filles qui voulaient nous faire des lap dance, des strip-teaseuses (ah ça pour ça elles t’abordent), et on tombe sur un mec, un embobineur qui nous fait “Vous êtes plutôt pas mal, si vous payez une lap dance 100 euros avec elle, deux jeunes comme vous on ne sait jamais comment ça peut finir”. En gros, il me laisse espérer que la fille va me sucer, alors qu’elle veut juste danser, prendre les 100 balles. Je ne suis pas un pigeon, la fille ne va pas se taper tous les mecs pas trop dégueux qu’elle doit voir.

Utiliser ainsi la misère sexuelle des hommes en dèche de sexe, qui fantasment sur des actrices, leur vendre l’espoir qu’il y aura plus qu’une lap dance, je n’ai pas trop aimé.

Pourtant il y avait une fille très belle qui m’avait tapé dans l’œil, alors je me suis dit “Tant pis, je ne vais pas mourir bête”, et j’ai payé 60 euros : la fille s’est déshabillée, elle a dansé sur moi, c’était entre le lap dance et le strip-tease, ça m’a à peine fait durcir un peu, mais je n’ai même pas vraiment eu d’érection. Pourtant la fille était canon, sympa, rien à dire là dessus, mais pour 60 euros on se paye deux mois sur AdopteUnMec, et c’est beaucoup plus rentable que ce genre de truc. Cette jolie fille était juste une danseuse, une strip teaseuse. Pas une actrice porno !

 

Conclusion sur les salons de l’érotisme

Je ne crache pas du tout sur ce monde là, mais j’ai eu l’impression ne n’être considéré que comme un consommateur, et surtout pas davantage. Si vous ne jouez pas le jeu, vous êtes regardé d’un mauvais œil, c’est en tout cas, c’est ce que j’ai ressenti.

Cela ne m’a pas empêché de faire mon tuto X, de tourner avec des actrices X, de rencontrer des gens très sympa dans le milieu du X (plus tard). C’était quand même à voir, je ne regrette pas d’y être allé, mais je n’y retournerai pas, aucun intérêt, à part pour voir s’il y a des actrices que je kiffe, mais je me sens comme un consommateur un peu pigeon, qu’on essaye de prendre pour un con pour le faire dépenser, et ce aspect là ne m’a pas du tout plu. Voilà pour ce retour du salon de l’érotisme, si vous y êtes déjà allé, donnez-moi votre avis dans les commentaires !

Votre coach en sexualité qui n’est pas sûr de retourner en tant que client sur un salon de l’érotisme,

Fabrice Julien

Le Grivois

Un commentaire

  1. Je confirme cette impression de froideur, malheureusement ;

    J’ai eu exactement la même sensation en visitant le salon de l’érotisme à Grenoble, il y a environ une dizaine d’années …

    Décidément, ça n’a pas évolué d’un pouce, apparemment .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *