0

Le Bondage

Article éducatif sur le bondage. Quelle est la définition du bondage ? Qu’est-ce que cette histoire de ligotage ?

A lire aussi : Fantasme féminin : quels sont les vrais fantasmes sexuels des femmes ?

 

Qu’est-ce que le bondage (définition) ?

C’est une pratique sado masochiste qui consiste à ligoter, ou se faire ligoter. C’est une relation de soumission, de soumis à dominant. Ce n’est pas toujours l’homme qui domine et la femme qui est soumise, on trouve des femmes dominantes et des hommes qui aiment être soumis.

Le bondage peut être érotique ou sensuel. Dans le premier cas, on ligote et on baise la personne totalement soumise, dans l’autre cas on ligote parce qu’on trouve ça très beau, très érotique (comme dans le shibari, par exemple).

On est bien sûr censé pratiquer le bondage entre gens consentants.

 

Bondage et supplices

Que cherche-t-on à revivre à travers le bondage ? Cela rappelle souvent de supplices anciens, des ligotages utilisés au Japon, ou certaines formes de crucifiement : quelqu’un attaché sur une croix, qui se fait prendre, ou bien la fille est baisée alors qu’elle est totalement attachée (contrainte et simulation de viol ?). Parfois ils ajoutent des boules dans la bouche, elles ne peuvent même pas parler, juste gémir, les mains attachées dans le dos.

bondage

Il y a des tenues conçues pour le bondage, des sortes de combinaisons en latex, des camisoles, des corsets, des sacs, des cordes, des menottes. Il y a même des artistes du bondage, je pense au shibari, qui est une pratique artistique, une forme d’art pour attacher les gens, mais cela reste de la soumission, où les gens sont souvent nus.

 

Bondage : fantasme BDSM ?

A l’origine, le bondage est souvent lié à un fantasme , des gens qui veulent revivre des choses qu’ils ont connues dans leur enfance, un film qui les a excités, où quelqu’un était attaché, totalement dépendant, soumis. On peut trouver dans ses souvenirs l’origine d’un goût pour le bondage, que ce soit soumis ou dominant.

Une fois, j’étais en club libertin, il y avait une soirée qui commençait à 22 h, une soirée sado-maso justement, j’ai vu des gens se faire attacher, rester une heure dans un coin à genoux, les mains attachées dans le dos, avec une boule dans la bouche ; d’autres se faisaient fesser à fond, d’autres étaient enchaînées à la croix. Une fille nous a rejoint avec ma complice et, ayant vu la croix, elle a voulu se faire attacher : on l’a baisée ainsi, j’ai trouvé que c’était super jouissif – j’ai vu ça plus comme un jeu cool que comme un besoin, mais j’ai bien aimé.

 

Comment rejoindre un réseau BDSM ?

Comment faire si vous vous sentez l’âme d’un sado maso ? Il y a des sites spécialisés pour les gens comme vous, notamment un réseau social qui s’appelle FetLife, où probablement des gens de votre ville sont dans ce délire là, des gens que vous pourrez rencontrer et avec qui vous pourrez vous entendre et lier des amitiés. Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter !

 

Votre coach en sexualité,

Fabrice Julien

Le Grivois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *